Entretien et conservation d'un piano

Le piano n'a pas d'étui, contrairement à bon nombre d'instruments de musique. C'est donc à vous de lui assurer une longue et belle vie.

Le piano est constitué principalement de bois, une substance extrêmement hygroscopique.
L'humidité contenue par le bois du piano tend à s'équilibrer avec celle de l'air dont l'instrument est entouré, par conséquent le bois absorbe ou perd de l'humidité selon les conditions climatiques, selon les fluctuations du taux d'humidité de l'air. Il en résulte une alternance de retraits ou de gonflements du bois, qui peut causer des fentes, pas toujours imputables à des défauts de fabrication. La période la plus rude pour un piano est l'hiver.

Le piano est équipé d'un mécanisme précis et bien réglé.
Le fonctionnement stable et durable de l'instrument dépend en grande partie du maniement soigneux.
Les fortes secousses lors du transport, l'action des basses et hautes températures, l'air trop sec ou trop humide, le maniement inexpérimenté lors de l'accord ou du réglage, peuvent nuire à l'instrument.

Livré à domicile par temps froid, les variations brusques de température lors du déballage peuvent être néfastes à l'instrument.
Les conditions normales de température se situent entre 18° C et 22° C.
L'humidité relative doit se tenir dans la fourchette 50% à 55%. (Elle ne doit jamais être inférieure à 40%, ce qui est très souvent le cas, l'hiver à la montagne)

L'emplacement :
Ne pas placer le piano près d'une bouche de chaleur ou de ventilation, laisser au minimum un mètre, éviter la proximité d'une fenêtre.
Dans le cas d'un piano droit, l'adosser de préférence à une cloison intérieure, plutôt qu'à un mur extérieur. Si contre un mur extérieur, laisser un espace de 10cm entre le dos du piano et le mur, afin que l'air circule.
Avoir soin de fermer le piano lorsqu'il n'est pas utilisé.
Ne pas mettre d'objets pesant sur le couvercle.
Ne pas mettre de vase ou de pot de fleurs contenant de l'eau sur le couvercle.

En cas de surchauffe ou de lieu trop sec, il est possible apporter de l'humidité en adaptant à l'intérieur du panneau du bas un appareil nommé "HYDROCEEL". Avant la pause ce tube devra être trempé dans l'eau (baignoire), on le laissera égoutter une vingtaine de minutes avant sa mise en place. L'opération de mouillage devra être renouvelée chaque trois semaines.
Il est aussi possible de faire installer par un technicien le système appelé
"DAMPP CHASER PIANO CLIMAT CONTROL" moins contraignant pour le propriétaire du piano, mais plus coûteux.
On peut tout simplement placer un humidificateur dans la pièce. Les plantes vertes que l'on arrose ont également un effet bénéfique.

En cas de chauffage par le sol, il est prudent d'isoler le piano du sol chauffé par la pose sous le piano d'une feuille thermiquement isolante (telle qu'une couverture de survie vendue en magasin de sport), tout en assurant à l'instrument une ventilation par le sol, ainsi qu'à l'arrière du piano.

Appartement ou pavillon inoccupé, résidence secondaire :
Pendant plusieurs semaines dans une région humide il ne faut pas s'étonner que des notes ne fonctionnent plus. Après 24h ou 48h de chauffage, en général, tout devrait rentrer dans l'ordre.
Pour ce type d'appartements inoccupés, il est prudent d'utiliser un des systèmes de régulation de l'humidité, dont nous venons de faire mention, si possible d'éloigner le piano des murs et le protéger par des couvertures et non des feuilles de plastique.

(Texte de Jean Lovy)
Jean Lovy, un homme du sérail: Jean en novembre 2006, dans son bureau, toujours à l'écoute du métier, bon pieds, bonne oeil, bonne ouïe, et une mémoire "éléphantesque"...

Jean Lovy, un homme du sérail, une vie au coeur du piano

En cas de très longue absence et de forte humidité à l'intérieur du local, il est possible de prendre une précaution supplémentaire, qui consiste à mettre de la chaux vive dans une bassine émaillée ou en fer blanc. La chaux vive absorbera l'humidité. Pour un piano à queue placer la bassine sous l'instrument, ceci n'exclut pas le "Silicagel" à l'intérieur de l'instrument.

Si vous êtes obligé de placer votre piano à proximité d'une fenêtre, une précaution devra être observée l'hiver, pendant les fortes gelées. Lorsque la température extérieure est inférieure à 0°C, il faut absolument éviter d'aérer par la fenêtre voisine du piano. Il y a risque de fente de la table d'harmonie, lorsque l'air chaud de l'intérieur se mélange à l'air froid de l'extérieur.

Cas d'excès d'humidité ou défaut de chauffage :
On peut y remédier dans une certaine mesure en plaçant des cristaux de "Silicagel" à l'intérieur du piano (demander conseil à votre droguiste)

Nettoyage du clavier :
Il se fait à l'aide d'un chiffon légèrement humide, essuyer ensuite.
Seul l'ivoire supporte le nettoyage à l'alcool.

Protection contre les mites :
Si le piano est joué quotidiennement, il y a peu de risque que les mites s'installent dedans, elles n'aiment pas être dérangées. Si vous devez vous absenter même quelques jours il est prudent de laisser tomber dans le fond de socle, a l'extrémité de droite (côté des aigus), loin des pédales, 4 à 5 boules de paradichlorobenzène.
Ce produit n'est pas compatible avec le plastique

Attention aux rongeurs qui s'invitent à l'intérieur du piano.)

Entretien du meuble

Entretien du polyester :
Utiliser un chiffon doux, que l'on trouve en droguerie. Pour les marques de doigts ou autres, faire un peu de buée avec la bouche aux endroits marqués et essuyer aussitôt ...

En ce qui concerne les accords et les réglages :
Un piano doit être accordé au moins une fois par an. Il doit être révisé (ajustage des réglages) par un spécialiste qualifié tous les 4 ou 5 ans, tous les 2 ans ou chaque année s'il est joué intensément.
Dans le cas d'un piano neuf, il sera accordé 2 à 3 fois l'an lors des deux premières années, afin d'obtenir une bonne stabilisation de l'accord, Ensuite, les cordes étant arrivées à stabilisation, un accord par an sera suffisant.
Même si le piano n'est pas joué, entretenez le par un accord annuel.
Par le passé il était écrit dans un ouvrage de Pleyel, de faire un accord tous les deux mois durant la première année, puis tous les trois mois les années suivantes, aujourd'hui cela semble bien exagéré.