Glossaire termes musicaux de N à R

NEUMES :
Signes d'une notation musicale des débuts du moyen âge, qui servit à fixer les chants liturgiques de l'Eglise romaine.

NOTATION :
Ensemble des signes qui indiquent les sons et leur interprétation.
Chez les grecques elle était alphabétique. Au moyen-âge on employait les neumes, qui placés sur la portée donnèrent la notation carrée, puis la notation proportionnelle indiquant la durée des notes. Enfin, l'apparition de la barre de mesure donna naissance à notre notation moderne.

NUANCE :
Variante d'intensité dans l'exécution d'un morceau, dans le dessein de le rendre expressif.

OCTAVE :
Intervalle de huit degrés, redoublement de l'unisson.

ORNEMENT ou AGRÉMENT ou FIORITURE :

Broderie, contour décoratif ajouté à la note écrite, servant à varier et orner la mélodie. Procédé en usage dans le style instrumental (en particulier pour le clavecin en France au XVIIe et XVIIIe siècles) et dans le style vocal où il a donné lieu à de nombreux abus.

ORPHÉE :
Poète et musicien thrace qui fascinait les bêtes féroces par ses chants mélodieux.
Il est resté célébre par son expédition aux Enfers, où Pluton, charmé par sa voix et par le son de sa lyre, lui rendit Eurydice.

PARANÈTE :
Dans la gamme grecque antique, note située en dessous de la nète ou tonique aiguë.

PARTITION :
Superposition sur une même page, de toutes les parties vocales et instrumentales qui composent une oeuvre.

PARTITION
(en terme de technique d'accordeur) :
Division des intervalles à l'intérieur de l'octave médiane (fa 349,2Hz ; fa 698,3Hz), à partir du diapason (la 440 Hz). Cette octave tempérée sera la "colone vertébrale" de l'accord du piano. l'un des paramètres du tempérament sera déterminé par le taux d'inharmonicité de l'instrument, propre à son plan de cordes.

PENSÉE MUSICALE :
On pense avec des sons comme avec des mots. Il existe une logique musicale avec ses prémisses, ses déductions, ses conclusions, ses certitudes, ses erreurs. Ce n'est pas seulement une métaphore, c'est une réalité psychologique.

PERFECTION :
Dans la théorie médiévale proportionnelle, groupement de trois brèves, ou de leur équivalence formant un temps long. Dans la notation de la même époque, caractère d'une ligature ou groupe de notes liées dont la dernière est une longue.

PÉRIODE :
Portion d'une mélodie formant un membre de phrase.

PHRASÉ :

Art de ponctuer le discours musical, dans faire sentir les divisions, les suspensions, les repos.

PIZZICATO : Pincé
Mode de production du son sur les instruments à archet, dans lequelles cordes sont mises en vibration par un pincement du doigt.

PLAGAL :
Nom de quatre des huit modes ecclésiastiques.
Cadence plagale, formée par la sous-dominante suivie de la tonique.

PLAIN-CHANT :
"Chant plan, égal."
Dénomination englobant tout le chant liturgique de l'Eglise catholique, qui fut codifié par Grégoire le Grand.
Sa ligne mélodique, qui pouvait s'orner de longue vocalises (alleluia), évoluait dans une tessiture restreinte.
- Il est monodique et sans accompagnement
- Aux XVe et XVIe siècles, les compositeurs empruntèrent des motifs de plain-chant qu'ils étiraient en valeurs longues et égales à la base de leurs compositions contrapuntiques.

PLIQUE :
Dans la notation médiévale, note de passage non écrite, notée seulement par une légère hampe à la fin de la note précédente.

POINT D'ORGUE :
Signe en forme de point surmonté d'un demi cercle, qui placé au-dessus d'une note, indique la prolongation de sa valeur pendant une durée facultative.

POLYPHONIE :
Superposition de plusieurs mélodies complètes en elles-mêmes, se joignant en accords consonants

POLYRYTHMIE :
Pluralité de rythme dans les différentes parties d'une même composition.

PORTÉE :
Ensemble des lignes horizontales sur lesquelles sont écrites les notes. (Quatre pour le plain-chant, cinq pour tout autre musique). Le moine Hucbald (IXe siècle) en est l'inventeur.

POSTLUDE :
Morceau se jouant à la fin d'une oeuvre ou d'une cérémonie.

PRÉLUDE :
Pièce servant d'introduction à une oeuvre usicale ou à une cérémonie. Au XVIIe et XVIIIe siècles, morceau initial de la "Suite" pour clavecin ou orchestre.
Les romantiques en on fait une pièce indépendante.

PRÉPARATION :

Disposition qui consiste à faire entendre d'abord à l'état de consonance la note qui devient dissonance dans l'accord suivant.

PRESTO :
Mouvement vif.

PROGRESSION ou MARCHE HARMONIQUE :
Répétition d'une formule mélodique ou harmonique sur différents degrés de l'échelle.

PROLATION :

Dans la dernière période de la notation médiévale proportionnelle, manière binaire ou ternaire de diviser la semi-brève en minimes.

PROPRIÉTÉ :
Dans notation médiévale proportionnelle, caractère d'une ligature ou groupe de note liées dont la première est la brève.

PROSLAMBANOMÈNE :

En théorie grecque, note ajoutée dans le grave à la tessiture déterminée par la gamme normale.

PSALMODIE :
Chant des psaumes dans la liturgie catholique.
- Il est récité recto tono sur la dominante avec quelques cadences pour ponctuer le texte, à la fin du verset, un mouvement descendant vers la note finale.
- Il peut être chanté par deux choeurs (voir Antiphonie).

QUARTE :
Intervalle de quatre degrés.

QUINTE :
Intervalle de cinq degré. Un des intervalles fondamentaux de l'accord.

RALLENTANDO :
En ralentissant.

RÉALISATION :
Interprétation de la basse chiffrée ou non, soit écrit, soit au cours de l'exécution.

RECTO TONO :
Ton uniforme. Manière de réciter les textes liturgiques, sur une seule note, sans inflexion.

RELATIF :
Rapport entre deux sons ayant la même armure, dont l'un est majeur et l'autre mineur.

RELATION :
Rapport entre deux intervalles.

REMPLISSAGE :
Complément d'un accord dont seuls la basse et le dessus sont écrits.

RENVERSEMENT :
Transport du son aigu d'un intervalle au dessous du son grave, ou du son aigu d'un accord au dessous du son fondamental, ou réciproquement.

RÉSOLUTION :
Repos apporté à un enchaînement harmonie ou mélodique.

RETARD :
Prolongation d'une note d'un accord sur l'accord suivant, ayant pour effet de suspendre l'entrée d'une des notes intégrantes de ce second accord.

RINFORZANDO :
En augmentant la sonorité.

RITARDANDO :
En ralentissant.

RITOURNELLE :

Courte phrase instrumentale intervenant au cours d'une oeuvre vocale en guise de prélude, d'interlude ou de postlude.

RUBATO :
Retard dans l'attaque de certaine note. Liberté de mouvement visant à rendre la phrase musicale plus expressive.